Parti Communiste Français Fédération de Haute-Savoie

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 juillet 2016

Tour de France

Jeudi 21 juillet les communistes de Haute-Savoie étaient sur la route du Tour pour proposer aux spectateur-trice-s le questionnaire de la Grande consultation citoyenne. Plusieurs dizaines de questionnaires ont ainsi été recueillis.

Et des photos pour illustrer ...
20160721_113412.jpg

samedi 9 juillet 2016

Un 5ème lycée pour l'agglomération d'annecy

contrib.pngIl y a bientôt 30 ans que le quatrième lycée public de la ville a été construit (Lycée Baudelaire). Depuis, les opérations immobilières se sont enchaînées et les effectifs de lycéens ont augmenté sans cesse au point de faire craquer les quatres lycées de la ville (6450 élèves à la rentrée 2015 encore plus à la rentrée 2016). La sectorisation du lycée Lachenal a permis temporairement de faire face à cet afflux d'élèves. Cependant, les bâtiments ne suffisent plus, des préfabriqués sont installés pour pouvoir faire cours.

Les prévisions du Rectorat annoncent 100 élèves de plus par an et donc 1000 sur 10 ans.

Il est donc urgent de lancer la construction d'un 5ème lycée sur le bassin d'Annecy.

jeudi 7 juillet 2016

Que demande le Peuple ?

La grande consultation Citoyenne

Vous voulez être entendus.
Comme nous, vous en avez assez de voir la parole populaire méprisée, ignorée, trahie. Le Parti communiste lance une grande consultation citoyenne dans le pays pour débloquer la situation.
Pour avoir un grand débat public, faire émerger les exigences populaires, ouvrir des solutions face à la crise. Un grand débat pour donner votre avis sur la France, l’Europe, le monde.
Nous avons tous un bout de la solution. Vos exigences, exprimées et rassemblées doivent former un mandat populaire à rendre incontournable.
Donc, à vous d’écrire la politique, à vous la parole ! Le questionnaire, proposé à 500 000 personnes dans le pays est un point de départ. Vos réponses seront synthétisées au niveau national et rendues publiques.


Vous pouvez télécharger le questionnaire ci-contre sur www.pcf.fr pour le remplir ou le faire remplir avant de nous le retourner par la poste à :
PCF 74
8 rue Antoine Berthod
74960 Meythet

ou scanné par mail à :
contact@pcf74.org

Vous pouvez aussi remplir le questionnaire directement par internet sur le site : http://www.lagrandeconsultationcitoyenne.fr

Ambiance studieuse pour remplir le questionnaire ...

... à Bonlieu
... rue Carnot

mercredi 29 juin 2016

Hollande à l'écoute du peuple ... anglais

"Je n'imagine pas que le gouvernement britannique, quel qu'il soit, ne respecte pas le choix de son propre peuple."
C'est ce qu'a déclaré François Hollande à son arrivée au Conseil européen qui s'est tenu,hier, mardi 28 juin, pour examiner les conséquences du vote des anglais en faveur de la sortie de l'Union européenne.
Nous n'imaginons pas davantage que le gouvernement français, quel qu'il soit, ne respecte pas le choix de son propre peuple. En France, la majorité du peuple rejette le projet de loi travail. Depuis quatre mois tous les sondages mesurent constamment 70% d'opposants. Tous les syndicats de salariés, sauf un, s'y opposent ou demandent de profondes modifications. Il n'y a pas de majorité à l'Assemblée pour voter le texte. Ce qui est valable outre Manche, doit l'être de ce côté ci.

Le 9 février 2006 François Hollande, alors député, déclarait : "Le 49-3 est une brutalité, le 49-3 est un déni de démocratie, le 49-3 est une manière de freiner ou d'empêcher le débat parlementaire".

Monsieur le Président vos déclarations vous obligent. Respectez le choix du peuple français, suspendez le débat parlementaire, et ouvrez les négociations avec les syndicats pour écrire un code du travail porteur de droits nouveaux pour les salariés.

vendredi 24 juin 2016

Loi travail - Mardi 28 juin on remet ça !

Agenda.pngCe mardi 28 juin sera le jour du vote de la loi travail au Sénat.
7 organisations syndicales et les organisations de jeunesses appellent à une nouvelle journée d'action, de grève et de manifestations .
Rendez-vous 14h - Annecy - Préfecture

Le 23 nous étions 200.000 manifestant-e-s dans tout le pays, 800 à Annecy, 200 à Thonon.
Et le mouvement social s'élargit encore. Au début du mois le syndicat des cadres CFE-CGC s'est prononcé contre la loi travail. Il y a quelques jours l'UNSA a indiqué que pour elle la loi ne pouvait rester en l'état et réclamé des modifications substantielles.

Le pouvoir est plus isolé que jamais. Il est incapable de dégager une majorité politique et parlementaire pour valider son projet de loi. Par son extrémisme, son jusqu'au boutisme, il choisit la politique de la terre brûlée. Il prend la responsabilité devant le pays de créer un climat de tension.

Nous demandons au Président de la République de suspendre le débat parlementaire afin de permettre l'ouverture de vraies négociations avec les organisations syndicales qui font des propositions concrètes, porteuses de progrès social et de nouveaux droits.
Comme l'a demandé l'intersyndicale, le Président François Hollande doit "pour sortir de cette impasse, réunir les organisations syndicales et de jeunesse très rapidement ". Les Parlementaires communistes, Front de gauche, à l'Assemblée nationale comme au Sénat continueront à porter ces exigences.

Nous appelons les salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et les retraité-es, les élu-es de la République à participer massivement aux manifestations du 28 juin et à la votation, organisée par les syndicats.

mercredi 22 juin 2016

La Haute-Savoie est un département de bas salaires

contrib.pngSelon les données du ministère des finances en 2014 concernant les revenus 2013, le revenu fiscal moyen des foyers de Haute-Savoie s'est établi à 33.469 €. Ce qui classe le département parmi ceux où les revenus sont les plus élevés, 4e rang sur 100. Confirmant l'idée convenue d'un département « riche ».

Néanmoins cette donnée est trompeuse, car c'est une moyenne. En effet on compte aujourd'hui autour de 70.000 frontaliers habitant en Haute-Savoie, qui travaillent dans les trois cantons suisses Genevois, Valais et Vaud. Selon une étude menée par Pôle emploi en octobre 2015, le revenu brut disponible de ces frontaliers s'élève à 5,7 Milliards €, soit presque autant que le revenu brut disponible des ménages non-frontaliers hauts-savoyards (6,16 milliards d’euros). Autrement dit, 20 % des actifs hauts-savoyards travailleurs frontaliers représentent autant de revenus bruts que les 80 % non-frontaliers.

Donc si la population de la Haute-Savoie n'était constituée que de celles et ceux qui travaillent sur France le revenu fiscal moyen des foyers se limiterait à 20.918 € par an ( (33.469/2) / (80/100) ) et le département se classerait parmi ceux où le revenu est le plus faible. Autour du 90e rang sur 100.

En conséquence les revenus des Haut-savoyards non-frontaliers sont particulièrement faibles. Du fait que 85 % de la population active est constituée de salarié-e-s, c'est la médiocrité des salaires pratiqués en Haute-Savoie qui en est la cause. La situation de ces salariés majoritairement pauvres est encore aggravée par le coût de la vie particulièrement élevé dans notre département.

mercredi 15 juin 2016

Manifestation du 14 juin 2016

Nous étions 234 hauts-savoyards au départ de Bellegarde et Annecy pour aller manifester pacifiquement à Paris et environ 450 personnes ont manifesté à Annecy contre la loi Travail.

Nous sommes arrivés vers 10 h30 très tôt avant la manifestation, place d’Italie et dans l’avenue des Gobelins, nous avons pu voir que les cars de CRS se préparaient, nous n’avons jamais vu de tels équipements : fusils, grenades, … pourquoi n’ont-ils pas empêché d’arriver les casseurs ?

La manifestation parisienne a été énorme, il n’y a qu’à voir les photos aériennes, il est évident que la mobilisation était massive. A tel point que vers 16 h 15 nous avons dû quitter le cortège en route pour rejoindre la gare de Lyon bien avant le but pour espérer reprendre le train de 17 h49. La fin de la manifestation n’avait pas encore quitté le départ. Les CRS nous empêchaient de quitter le cortège, nous avons été obligés de faire demi-tour pour retourner à une rue où des gendarmes plus coopératifs nous ont permis de rejoindre la gare Montparnasse. Pour notre part nous n’avons vu aucun geste de violence, aucune provocation de la part des manifestants.

Nous n’avons vu que solidarité, chaleur humaine, enthousiasme, des milliers et des milliers d’employé-e-s, d’ouvriers-ières, de jeunes et vieux au coude à coude pour une autre société

Oui nous condamnons les casseurs qui n’ont rien à voir avec les manifestants et exigeons une commission d’enquête pour savoir qui ils sont.
D’ailleurs comment des syndicalistes, des ouvrières et ouvriers, des employé-e-s pourraient s’en prendre à l’Hôpital Necker ?

Une chose est certaine, à qui profitent ces exactions ?

Nous sommes scandalisé-e-s par la réaction du gouvernement et de la droite.

Quant à l’extrême droite : ils avaient déposé au Sénat, des amendements encore plus régressifs : doublement des seuils sociaux pour la création des comités d’entreprise, le retour sur la défiscalisation des heures supplémentaires, réduction à deux mois de la baisse des commandes pour justifier les licenciements, suppression du compte pénibilité, suppression de l’article sur le harcèlement sexuel etc. avant de les retirer lorsque ceux-ci ont été rendus publics !!

La CGT, la FSU, FO, l’UNEF, l’UNL ont fait des propositions pour sortir de la crise.

Nous exigeons que des négociations s’ouvrent. C’est cela la démocratie.



100_0034.JPG 100_0027.JPG

100_0029.JPG
100_0025.JPG 100_0033.JPG

jeudi 9 juin 2016

Mardi 14 juin tous à Paris

Pour le retrait de la loi Travail Pour un droit du travail du XXIe siècle

Syndicats, mouvements de jeunes appellent à une grande manifestation nationale à Paris le mardi 14 juin. Des départs s'organisent en train au départ de Bellegarde et Annecy. Pour s'inscrire joindre le 04.50.22.33.00 ou le 06.85.01.86.86 Les communistes appellent toutes et tous à s'y retrouver.
S'il était besoin de confirmer l'inspiration rétrograde du texte, la droite sénatoriale l'a fait.
Elle a validé le fameux article 2 qui est la pierre angulaire du texte.

Cet article casse le principe dit de faveur selon lequel tout accord particulier ne peut être que plus avantageux pour les salarié-e-s que les dispositions plus générales. Ainsi un accord de branche doit être plus avantageux que la loi (pour les salarié-e-s concerné-e-s), de même l'accord d'entreprise doit être plus avantageux que l'accord de branche et le contrat de travail par rapport à l'accord d'entreprise.

De cet article découle la plupart des articles du texte de loi. Son adoption conduirait à une concurrence effrénée entre entreprises que remporterait celle qui pressurerait le plus ses salarié-e-s. Et nous savons que dans ce domaine il n'y a pas de limite,
Les partisans du projet de loi ne se retrouvent plus qu'au gouvernement, à droite et au Medef. Lors de son congrès, tenu les 1er et 2 juin, la CGC s'est ajoutée aux opposants.

Isolé, minoritaire le gouvernement s'obstine et provoque le blocage de la situation et de certaines activités.
Manifestant-e-s, grévistes, nous sommes la voix de la majorité.

Puisqu'il est clair que le peuple n'en veut pas, la loi doit être retirée et s'engager alors la discussion pour un droit du travail du XXIe siècle porteur de droits nouveaux et de sécurisation de tous les parcours de vie.

lundi 30 mai 2016

Violence...

Oui, la violence c’est chose grossière, palpable, saisissable chez les ouvriers : un geste de menace, il est vu, il est retenu. Une démarche d’intimidation est saisie, constatée, traînée devant les juges. Le propre de l’action ouvrière, c’est de procéder, en effet, par la brutalité visible et saisissable des actes. Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violent, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses !

Quelques hommes se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ; ils décident que les ouvriers qui continueront la lutte seront exclus, seront chassés. Cela ne fait pas de bruit ; c’est le travail meurtrier de la machine qui, dans son engrenage, dans les laminoirs, dans ses courroies, a pris l’homme palpitant et criant ; la machine ne grince même pas et c’est en silence qu’elle le broie.

Jaurès à Clémenceau en 1906.

mardi 24 mai 2016

La légitimité appartient à celles et ceux qui portent la voix du peuple !

Agenda.png

Jeudi 26 mai

14h préfecture d'Annecy

18h place des Arts Thonon

le 14 juin manifestation nationale à Paris

Les détenteurs actuels du pouvoir d’État ne supportent pas la contestation. Ils multiplient les déclarations belliqueuses contre les actions décidées par les salariés, et ciblent particulièrement la CGT.

En dégainant le 49-3 ils voulaient siffler la fin de la mobilisation. Mais ça n'est pas eux qui en décident et la colère face au coup de force a donné un motif supplémentaire de se mobiliser.

Selon eux les salariés des raffineries, ports, SNCF, Poste, EDF, etc., les syndicats, n'auraient pas la légitimité pour s'opposer au projet de loi Travail tandis que le gouvernement la détiendrait pour l'imposer.

Minoritaires, isolés, aux abois, ils ont décidé d'envoyer la troupe contre les grévistes, les blocages.

En régime démocratique, la souveraineté appartient au peuple (ni au roi, ni au Président, ni à quiconque). Or la majorité de la population est opposée au projet de loi Travail. Sondage après sondage elle le répète à plus de 70%. Aucune enquête d'opinion, pas une seule, ne dit autre chose. 1.300.000 personnes ont signé la pétition contre le projet. Une pétition favorable a également été lancée, le nombre de signataires est tellement ridicule que ses initiateurs ne l'ont jamais publié. Ceux qui ont légitimité sont donc ceux qui portent l'avis du peuple, aujourd'hui les salariés, les jeunes, les syndicalistes ... Et sont illégitimes celles et ceux qui s'en éloignent, s'obstinent dans une voie massivement rejetée par la population.

De plus le gouvernement n'a qu'une légitimité démocratique relative (très relative). Aucun de ses membres ne détient sa légitimité du peuple. Le premier ministre s'est soumis aux primaires organisées en 2011 par le PS : 5,63 %. Le ministre de l'économie, Manuel Macron, n'a jamais recueilli la moindre voix du peuple. Le gouvernement est nommé par le Président de la République. Ce dernier est, certes, élu directement par les citoyen-ne-s. Il possède donc une légitimité démocratique. Mais ceci autant qu'il mène l'action pour laquelle il a été élu. Cette légitimité n'existe nullement pour faire ce qui n'a en aucune circonstance été évoqué avant, ce qui ne figure aucunement dans son programme électoral, ce qui va totalement à l'encontre de ce qu'il a présenté aux électrices et électeurs pour obtenir leurs suffrages.

Par l'article 49-3 de la Constitution, le gouvernement, non élu, dispose du pouvoir d'imposer sa volonté aux députés, qui elles et eux sont élu-e-s. C'est un moyen de faire la loi sans celles et ceux élu-e-s pour l'élaborer. François Mitterrand lui-même l'a décrit comme un coup d'état permanent.

Dans notre République il n'y a qu'une légitimité, celle du peuple. Il est permis de discuter de la validité des sondages d'opinion pour exprimer son choix. Mais alors pour rendre légitime démocratiquement une décision contestée il demeure possible d'organiser la consultation du peuple, par référendum. Cela appartient au Président de la République. En attendant qu'il rende au peuple sa souveraineté, il est tout à l'honneur des organisations de jeunes et des principaux syndicats de salariés d'organiser prochainement une votation citoyenne.

Les communistes, qui participent activement aux mobilisations contre la loi Travail et loi de régression du droit social, loi sans légitimité démocratique, s'engageront sans compter pour que la voix du peuple puisse se faire entendre. 

Rendez-vous donc :

Jeudi 26 mai

14h préfecture d'Annecy

18h place des Arts Thonon

le 14 juin pour une manifestation nationale à Paris

jeudi 12 mai 2016

Écrivons ensemble le code du travail que nous voulons

PCF.png

Ils veulent nous faire taire.

Avec le 49-3 ils mettent au silence le Parlement.

Nous ne céderons pas !

Les communistes invitent à un "atelier législatif" toutes celles et ceux qui rejettent la loi "El Khomri" et veulent faire évoluer les droits sociaux et du travail pour un progrès en faveur des salariés. Rendez-vous

Lundi 23 mai - 20h
Salle Yvette Martinet

15 avenue des Îles – Annecy

avec la participation de syndicalistes et de
Annie David, Sénatrice, membre de la commission des affaires sociales du Sénat


De multiples propositions existent :

  • Augmenter les salaires et baisser le temps de travail à 32 heures par semaine pour permettre la création de centaines de milliers d’emplois.
  • Créer une sécurité d’emploi et de formation garantissant à tout salarié la possibilité d’alterner périodes d’emploi et de formation sans passer par la case chômage.
  • Écrire un code du travail du 21e siècle qui permette de contester la mainmise des actionnaires et de la rentabilité financière sur les entreprises.
  • Prendre le contrôle du crédit bancaire, de l’argent public donné aux entreprises pour financer non pas des actionnaires sans contrepartie mais des programmes de création d’emplois et de formations qualifiantes, de recherche et d’innovation.
  • Donner aux salariés des droits et pouvoirs nouveaux d’intervention dans les choix des entreprises et aux citoyens et élus dans les choix de la cité.
  • Réformer le financement de la protection sociale pour inciter les entreprises à créer des emplois, financer le développement de la formation professionnelle, mutualiser les dépenses et mieux répartir les prélèvements entre les grands groupes et les PME.

49-3/Loi travail : Mettre en échec ce coup de force

PCF.pngManuel Valls vient d'annoncer le recours au 49-3 de son gouvernement pour faire passer, sans vote, la loi Travail. C'est un coup de force d'une inacceptable brutalité. Face à une majorité dans la rue, dans l'opinion publique et maintenant au Parlement, le gouvernement, isolé, fait le choix de se bunkeriser.

Les communistes appellent dans l'unité la plus large à faire échouer ce déni de démocratie en exigeant le retrait de la loi. Nous appelons les parlementaires de gauche à constituer et à voter une motion de censure de gauche.

Partout, faisons entendre notre colère contre ce recul majeur de nos droits sociaux.

La loi Travail doit être retirée.

Nous invitons à participer nombreux au rassemblement jeudi 12 à 17 h à la Préfecture d'Annecy, comme le proposent les syndicats hostiles au projet de loi.

El-Komri.jpg

mercredi 2 septembre 2015

Élections Régionales : contribution de Roland Farré

Le choix proposé aux communistes pour les élections régionales de décembre en Auvergne_Rhone Alpes est très clair à mes yeux; je vote pour le choix n°1, pour une liste qui incarne la lutte contre les politiques libérales et d'austérité, pour une alternative sociale, écologique , démocratique. Ni J.J. QUEYRANNE ni EELV avec le PG n'assurent aucune des conditions pour construire un tel changement et ce n'est pas le diktat des écologistes dans la discussion qui permettra de rassembler les acteurs du combat.

Il est grand temps de nous lancer dans une ardente campagne avec la liste construite autour de Cécile Cuckiermann et André Chassaigne afin de proposer l l'ensemble d'une politique apte à combattre les partisans de l'austérité et d'un système politique antidémocratique et d’empêcher la droite de faire main basse sur la région.

lundi 22 juin 2015

Soutenons le droit du peuple grec à prendre en main son destin

La lutte du peuple grec est une lutte européenne qui montre qu'une autre Europe est possible.
Fort du soutien populaire le gouvernement grec tient ses engagements et tiendra bon.
Manifester notre solidarité avec le peuple grec, c'est affirmer notre volonté d'en finir en France aussi avec l'austérité.

Venez et faites venir au meeting de soutien à la lutte du peuple grec
vendredi 3 juillet, à partir de 19h
Salle des eaux et forêts, Annecy
(au croisement de l'av. de Genève et du bd. du Fier)

mardi 24 mars 2015

Résultat des élections départementales en Haute-Savoie

Voici les résultats du Front de Gauche aux premier tour des élections départementales du 22 mars 2015


Voix %
Annecy 1 712 5,42
Annecy 2 484 4,14
Annecy-le Vieux 1 334 8,00
Annemasse n/a n/a
Bonneville 1 774 10,92
Cluses 590 4,10
Gaillard n/a n/a
Evian 1 999 12,81
Faverges n/a n/a
Le Mont-Blanc 498 4,69
La Roche sur Foron 2 636 18,15
Rumilly n/a n/a
Saint-Julien-en-Genevois n/a n/a
Sallanches n/a n/a
Sciez 2 490 20,18
Seynod 774 5,10
Thonon les Bains 1 213 8,75
HAUTE-SAVOIE 14 504 6,45

Si l'on ramène le score de nos candidats aux seuls cantons dans lesquels nous étions présent le pourcentage obtenu est de 9,40%

Communiqué de presse du 23 mars (élections départementales)

Je remercie les 14.504 électrices et électeurs qui ont porté leur suffrage sur les candidates et candidats soutenus par le Front de Gauche.

En Haute-Savoie notre rassemblement totalise 9,40 % des voix dans les 11 cantons où il était présent. Pour l'ensemble du département cela le situe à 6,45 %.

Au niveau national les listes soutenues par notre rassemblement réalisent un score de 9,4 %.

Le PCF avec le Front de gauche fait plus que résister, il progresse par rapport aux élections cantonales de 2008 et 2011. Ces résultats sont un encouragement à poursuivre le travail de rassemblement et d'espoir pour une autre politique à gauche.

Cette perspective rencontrerait des obstacles supplémentaires si des élus du FN entraient au Conseil départemental ou si la droite s'y renforçait encore.

L'heure est donc au rassemblement le plus large à gauche pour faire barrage à la droite et l'extrême droite qui ont dans leur viseur les services publics et les politiques de solidarité et de progrès social portés par les départements.

Gilles Ravache
Conseiller régional
Secrétaire départemental du PCF

mardi 26 novembre 2013

Marche contre le racisme du 30/11 à Annecy


Marchons contre le racisme

  • Suite aux nombreuses attaques racistes contre la Ministre de la Justice,
  • Après les propos scandaleux tenus par des élus et des journaux contre les Roms,
  • Suite à la stigmatisation croissante des Musulmans,
  • Après les débordements homophobes,

Nous, Citoyens de la République, exprimons notre condamnation absolue de toutes formes de racisme, de discrimination et d’exclusion et affirmons avec force :

LA RÉPUBLIQUE N’A D’AVENIR QU’ÉGALITAIRE, SOLIDAIRE ET FRATERNELLE.

Marchons, samedi 30 novembre  –  14 h 30

Rendez-vous,  devant la salle Pierre Lamy, Bourse du travail d’Annecy, 12, rue de la République

Premiers signataires : La Chaine Humaine, CDDA, LDH, MRAP, RESF, Collectif Urgence Roms 74, FCPE 74,  Mouvement de la Paix, AAPLE, FSU, UL CGT, Solidaire 74, SGEN-CFDT, SNES74, SNUipp, UNSA, Annecy résolument à Gauche, MJS74, MJCF 74, ATTAC74, PS74, PCF, NPA, ANACR (comité d’Annecy), Gauche en Marche(Cran Gevrier).

Conférence de presse concernant l'élection municipale à Annecy

Gilles Ravache, secrétaire départemental du PCF, conseiller régional et Président du groupe Front de gauche, tiendra une

conférence de presse concernant l'élection municipale à Annecy.

Jeudi 28 novembre à 14h30 à la librairie BD Fugue dans le centre Bonlieu.

vendredi 22 novembre 2013

Rencontre débat à l'auditorium d'Annemasse

 

60 milliards d'évasion fiscale par an (*)

Ça suffit !

Voilà des moyens à mettre au service
de l’intérêt général !


Rencontre débat
En partenariat avec Médiapart

Mardi 10 décembre – 20h
Auditorium d'Annemasse
7 rue des Savoies
(Accueil à partir de 19h30)

 

Jean_Ziegler.jpg Eric_Bocquet.jpg Pierre_Laurent.jpg

Jean Ziegler

Eric Bocquet

Pierre Laurent

Rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l'alimentation de 2000 à 2008.
Auteur de nombreux ouvrages dont "La Suisse lave plus blanc".
Rapporteur de la commission d’enquête parlementaire sur le rôle des banques dans l’évasion fiscale Secrétaire national du PCF, auteur de "Maintenant prenez le pouvoir"
PCF-FdGx180.png Parti communiste français
8 rue Antoine Berthod
74960 Meythet
04 50 22 33 00
contact@pcf74.org
Cout_Capilal.jpg
(*) Selon un Rapport du syndicat national Solidaires Finances Publiques La fraude fiscale atteindrait entre 60 et 80 milliards d'euros en France, soit près de 20% des recettes fiscales brutes. Dans le même temps le déficit général prévisionnel du budget de l’État pour 2013 est de 61,1 milliards d'euros. Dit autrement, si l'on combattait efficacement la fraude fiscale le budget de la France serait excédentaire.

jeudi 24 octobre 2013

A propos de l’assurance des frontaliers

contrib.pngLe gouvernement de N. Sarkozy avait eu le projet d’obliger les frontaliers à cotiser à la Sécurité Sociale plutôt qu’à une assurance privée.

Le gouvernement socialiste reprend le projet.

Il est donc surprenant de voir les députés UMP ( dont le maire de Bonneville ) soutenir le groupement des frontaliers dans sa protestation.

L’assurance privée propose du « sur mesure » avec des cotisations « adaptés aux risques de l’assuré. » C’est séduisant mais qu’en sera-t-il une fois le maladie venue ? Y aura-t-il l’instauration d’un bonus malus ?

L’esprit de la Sécurité sociale est que chacun cotise en fonction de ses revenus et soit soigné en fonction de ses besoins.

Dans ce débat, introduisons quelques données passées sous silence :

  1. Les employeurs suisses ne contribuent pas à la protection sociale de leurs salariés
  2. Il n’est pas rare de voir un parent travailler en Suisse pour le revenu et l’autre parent avoir un travail en France pour assurer la protection sociale des enfants
  3. Dans notre département, la vie est chère aussi pour ceux qui ne sont pas frontaliers et qui cotisent à la Sécu et aux ASSEDIC.
  4. Il sera sans doute nécessaire d’adapter le taux de cotisation des frontaliers mais leur participation à la solidarité paraît incontournable, c’est aussi une sécurité pour eux-mêmes, ils ne seront pas toujours jeunes, en bonne santé et… frontaliers

- page 1 de 2