PCF.png

Communiqué de presse

La commune d'Annecy et les communes voisines s'apprêtent à armer leurs polices municipales. Le Parti communiste s'y oppose fermement.

Une telle décision est tellement dans l'air sécuritaire du moment qu'elle passe quasiment inaperçue. En fait ses partisans instrumentalisent la peur générée par les récents actes terroristes pour avancer leur projet d'une société de contrainte pour ses habitant-e-s. Pourtant dans un tel moment la responsabilité politique exige d'appeler à la réflexion pour ne pas céder à l'émotion. Ainsi il y a en moyenne moins de un homicide chaque année à Annecy, moins de un ! Mais en France il y a plus de morts par accident du travail que par homicide volontaire.

Certes les circonstances actuelles, avec une menace terroriste élevée, appellent des mesures de sécurité adaptées, faites de vigilance, de contrôles renforcés, donc de personnel de sécurité en nombre. C'est ce qui a été fait lors de la fête de l'Humanité qui a rassemblé 450.000 personnes les 9, 10 et 11 septembre, en toute sérénité.

La police municipale ne doit pas être détournée de sa mission de prévention, visant la tranquillité, la sécurité et la salubrité publiques. Ce sont des agents du service public vivant au sein de la cité pour y assurer ce qu'il est convenu d'appeler le vivre ensemble. Ni pour eux, ni pour l'ensemble des habitant-e-s il n'est souhaitable de les transformer en cow-boy.

Pour améliorer la tranquillité publique c'est leur nombre qu'il faut renforcer, en y mettant les moyens budgétaires nécessaires, de même concernant les effectifs de la police nationale et la gendarmerie.

       Loris Fontana, Meythet le 23 septembre 2016