contributions de Luis Oléarain et Roland Pourraz

Le pôle de compétitivité « Arve industries » a tenu jeudi 20 juin son assemblée générale à Bonneville, sous les auspices du député Mr Saddier et du Conseil Général de la Haute Savoie. La presse locale en a rendu compte.

Cette organisation est composée de patrons représentants 284 entreprises industrielles de la Vallée de l’Arve, la moitié d'entre-elles appartenant à un groupe industriel. Elle  est présidée Mr Etienne Piot (directeur de Bosch-Rexroth Bonneville, qu'il cherche à vendre).

Ce fut ici une occasion de plus pour une opération propagande où furent vantés les résultats du dit pôle de compétitivité. Selon l'audit des pôles de compétitivités demandé par l’État début 2012, sur 71 pôles la très grande majorité d’entre eux avaient été jugés performants et vingt très performants, dont « Arve industries ». Pourtant selon le tableau de bord édition 2012 (dernier connu) fourni par ce dernier, on apprend qu'entre 2010 et 2011 :

  • le nombre d'entreprises membres est passé de 309 à 284 (- 25 soit -8,1 %)
  • leur nombre de salariés est passé de 16.299 à 13.383 (- 2.916 soit -17,9 %)
  • leur masse salariale est passée de 594.655 € à 487.988 € (- 106.667 € soit -17,9 %)
Mais, de 2006 à 2011, il a bénéficié de 44 millions € de financements publics (du Conseil Général pour trois millions d'euro par an, du gouvernement pour le reste). Comme nous pouvons le constater, beaucoup d'argent public avec un recul social pour seule finalité.

Les pôles de compétitivité, inventés par la droite et chers à François Hollande, sont des artifices pour drainer l’argent des contribuables vers le capital et réduire la part de richesses créées revenant aux salariés. Le Pôle de compétitivité « Arve Industries » est du reste constitué en association privée composée exclusivement de patrons et  où ne siège aucun élu du suffrage universel.

Pourtant François Hollande veut développer ces pôles sur l’ensemble du territoire national.

C’est encore une remise en cause de la démocratie, de la république et du contrôle de l’argent public par les citoyens, avec la complicité active des élus de la Vallée : les députés Sophie Dion et Martial Saddier, ainsi que le conseiller général Raymond Mudry.

Contre cette dérive féodale, les militants du Front de Gauche appellent à la mobilisation citoyenne pour réussir une Constituante (États Généraux) qui réhabilitera la gestion du peuple par le peuple !

Pour mettre en place la 6ème République !