Agenda.pngCe mardi 28 juin sera le jour du vote de la loi travail au Sénat.
7 organisations syndicales et les organisations de jeunesses appellent à une nouvelle journée d'action, de grève et de manifestations .
Rendez-vous 14h - Annecy - Préfecture

Le 23 nous étions 200.000 manifestant-e-s dans tout le pays, 800 à Annecy, 200 à Thonon.
Et le mouvement social s'élargit encore. Au début du mois le syndicat des cadres CFE-CGC s'est prononcé contre la loi travail. Il y a quelques jours l'UNSA a indiqué que pour elle la loi ne pouvait rester en l'état et réclamé des modifications substantielles.

Le pouvoir est plus isolé que jamais. Il est incapable de dégager une majorité politique et parlementaire pour valider son projet de loi. Par son extrémisme, son jusqu'au boutisme, il choisit la politique de la terre brûlée. Il prend la responsabilité devant le pays de créer un climat de tension.

Nous demandons au Président de la République de suspendre le débat parlementaire afin de permettre l'ouverture de vraies négociations avec les organisations syndicales qui font des propositions concrètes, porteuses de progrès social et de nouveaux droits.
Comme l'a demandé l'intersyndicale, le Président François Hollande doit "pour sortir de cette impasse, réunir les organisations syndicales et de jeunesse très rapidement ". Les Parlementaires communistes, Front de gauche, à l'Assemblée nationale comme au Sénat continueront à porter ces exigences.

Nous appelons les salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et les retraité-es, les élu-es de la République à participer massivement aux manifestations du 28 juin et à la votation, organisée par les syndicats.