Comment expliquer une aussi grosse affluence aujourd'hui à Annecy pour défendre la fonction publique?
Le tableau dressait par Emmanuel MACRON est sans équivoque : nous devons faire des économies. Les missions, la qualité des services publics, la proximité passent au deuxième plan. Austérité ou services publics à la française, MACRON a choisi. Or la situation est déjà explosive dans beaucoup de secteurs :

  • les démissions des jeunes collègues se multiplient à l’hôpital, dans les écoles
  • demander dans les services administratifs les réorganisations désorganisations perpétuelles, quel est le turn-over des agents?
  • il y a-t-il trop de personnel à l’hôpital?
  • demander aux services des impôts comment ils luttent contre la fraude fiscale
  • demander aux professeurs des écoles comment faire classe en cette rentrée sans les contrats aidés (qui sont par ailleurs un statut complétement dégradé)
  • et les emplois aidés licenciés
  • demander aux policiers...


Les agents des services publiques vivent un travail de sape depuis trop longtemps. Ils vivent très mal cette impossibilité de bien faire leur travail. Leurs conditions matérielles se dégradent en particulier dans notre département. En 1995, Juppé voulait supprimer la mauvaise graisse, nous en sommes maintenant à l'os.

Un autre projet de société est possible : des services publics rénovés, en dehors de la sphère marchande, sont une partie de la solution.