Selon une étude de l'IATA, les aéroports privatisés sont en moyenne plus chers que ceux du public, pour une efficacité comparable. L'association ne pouvant être soupçonnée d'antilibéralisme en arrive néanmoins à la conclusion suivante :
- les coûts d'exploitation des plateformes privées seraient en moyenne à peine inférieurs à ceux du public.
- les bénéfices des aéroports à capitaux privés sont nettement plus élevés, avec une marge nette de près de 25 % en moyenne, contre environ 10 % pour les aéroports publics.
Nous appelons cela au Parti Communiste, le coût du capital.

Réunis ce lundi à Sydney l'assemblée générale annuelle a ainsi mis au menu des débats une résolution demandant aux gouvernements de ne pas faire passer la perspective d'un gain financier à court terme avant les intérêts pour l'économie et le consommateur.
Mais ses arguments seront-ils suffisants pour enlever les œillères libérales au gouvernement français. Pas si sûr! La mobilisation pour éviter la privatisation de ADP (Aéroports de Paris) sera sans doute nécessaire.

Et les mêmes conclusions ne seraient-elles les mêmes pour la SNCF?

IATA : (Association internationale du transport aérien) qui regroupe 290 compagnies aériennes