Pour commencer une citation d'Antonio GRAMSCI qui éclaire le temps présent : Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair obscur surgissent les monstres.
Non pour dire que nous revivons la crise de 1929, la crise actuelle est bien plus profonde :
• Crise du capitalisme mondialisé
• Crise écologique
• Révolution numérique
• Crise démocratique
• Crise de la social-démocratie
• Crise du socialisme

Et les réponses de gauche foisonnent, sans converger parfois en s'affrontant :
• L'écologie politique est-elle de gauche?
• Quel mutation pour le travail?
• Faut-il utiliser le populisme pour emporter la mise?
• Faut-il faire une alliance type vert -rose -rouge? Et pour faire quoi?
• Faut-il faire un compromis historique avec le Capital?

La réponse est bien sur très différente suivant l'horizon de réflexion :
• aux prochaines élections où comme c’est le cas depuis longtemps, la droite est largement majoritaire : LREM dans sa variante néolibérale, Les Républicains et le RN dans sa variante conservatrice voir identitaire.
Ou
• dans un temps plus long car le poids de la droite s’explique par la déroute de la social-démocratie, mais aussi plus généralement celle du socialisme.

A l'heure de l'anthopocène, sans bifurcation historique du mode de développement capitaliste, la civilisation humaine peut provoquer sa mise en danger : par exemple le GIEC nous laisse seulement 12 ans pour le climat. Oui, le PCF a trop tardé sur la cause écologique en limitant la pensée marxiste à un affrontement Capital/Travail (même si ceux qui nous suivent, savent que nos réflexions et pratiques ont déjà évoluées). Pourtant Marx a vigoureusement dénoncé la rupture engendrée par le capitalisme "l'interaction métabolique entre la nature et les sociétés humaines". Beaucoup ont avancé depuis sur le sujet.

Le travail de reconstruction intellectuelle, politique, théorique et pratique (qui ne concerne pas que le PCF) sera long tant la crise est profonde et inédite. Mais, l'urgence sociale et écologique nous forcent d'agir dès maintenant.
Les françaises et les français peuvent compter sur le PCF pour :
• être force de propositions,
• échanger avec l'ensemble des forces de gauche,
• construire, expérimenter des alternatives,
• être à l'écoute et favoriser les initiatives citoyennes qui se multiplient sur le territoire.

Car c'est bien le paradoxe : la richesse démocratique du pays ne se traduit pas dans l'élection.