Qu'est-il le plus surprenant ? Le cynisme éhonté des dirigeants états-uniens accusant d'espionnage celui qui révèle au grand jour leur propre espionnage des télécommunications mondiales ? Ou la passivité quasi générale du grand public en regard de ces informations ?

Si le sujet mobilise certains médias et associations traditionnellement préoccupés de défense des libertés publiques, la vie de l'immense majorité des internautes semble continuer comme si de rien était. Google, Facebook, Yahoo, Apple, Microsoft et consorts, collaborateurs contraints ou volontaires de ce flicage, espions pour leur propre compte de notre vie privée, peuvent continuer à dormir sur leurs deux oreilles. Les ventes de Windows ou d'Iphone n'ont pas baissées, pas plus que l'utilisation de Skype, des messageries "gratuites" comme gmail, des exhibitions sur les réseaux soit-disant sociaux....

On aurait pu espérer que les militants des mouvements progressistes et révolutionnaires s'engagent résolument dans ce combat au coté des défenseurs des logiciels libres. Hélas ! Qu'il semble dur de remettre en cause ses habitudes. Pourtant comment prétendre changer le monde si l'on n'est pas capable au moins de changer son adresse mail !